samedi 16 mai 2009

Nouvel ensemencement Rivière Shawinigan

Jeudi dernier, un autre groupe de bénévoles ensemençait de la truite AEC dans la rivière Shawinigan.

La truite brune elle, y est déposée avec une vocation de résidente car celle-ci est plus tolérante que l'AEC aux hausses de température qui surviennent l'été, le débit de la rivière étant très faible. On trouve cependant dans la rivière de belles fosses profondes avec des sources d'eau froide où la brune trouvera refuge en temps de canicule.

La veille de cet ensemencement, je me suis rendu avec ma blonde au pont couvert de St-Mathieu pour voir si la truite brune ensemencée la semaine précédente s'était bien adaptée aux conditions et si elle avait commencé à prendre la mouche.

Durant l'heure et demi que j'ai été sur les lieux, tous les pêcheurs à la mouche sur place ont eu de l'action pendant que les pêcheurs au vers de terre s'informaient du coût d'un ensemble à moucher n'ayant aucune action à leur canne.

Je laisse ma conjointe vous raconter sa sortie car je n'ai pas pêché :


Les moustiques butinent et les truites, elles, seront beaucoup plus actives.



C'est le temps pour moi de sortir ma canne à moucher et d'effectuer une petite virée sur la rivière Shawinigan surtout qu'elle a été ensemencée il y a une semaine de belles truites brunes.

La tête plongée dans l'armoire, je fouille pour trouver ma boîte à mouches pour la truite. L'inventaire m'indique un manque au niveau des muddlers car je compte utiliser cette mouche comme premier leurre et en petit format, disons #14. Là, je réfléchis tout haut et c'est pas long que mon fournisseur (Salmo52) s'installe et me confectionne ce modèle en quelques exemplaires.




Je sais que le niveau de la rivière est moyen/haut, il me faudra donc un bout calant auquel j'attacherai un très court avançon de 4 lb test. Et me voilà fin prête pour ma première sortie mouche de la saison.

J'embarque les cuissardes, j'en aurai besoin.

En arrivant sur le bord, un gentil pêcheur m'indique où il a eu du succès; lui a terminé, son quota est fait. J'ai le choix de mon poste de pêche : je suis seule ! :rolleyes:

L'eau est plus haute que je pensais ! Je serai donc limitée par la hauteur de mes bottes mais c'est pas grave, l'endroit qui m'intéresse est juste correct avec un beau courant. Parfait pour la tenue de truites...

Tiens, deux autres pêcheurs arrivent. Eux ont des bottes-pantalon et pourront prospecter plus profond. Parfait, chacun son spot...

Je commence par un exercice de dérouillage. Lancers courts, lancers longs; lancers déportés aval/amont. Tout va bien de ce côté la "mémoire musculaire" est de retour...

Bon, maintenant à l'attaque : un bel amas de broue, précurseur de nourriture pour salmo trutta, un p'tit lancer court suivi d'un p'tit amendement pour bien laisser descendre mon muddler dans le courant s'en suit une légère attaque mais je rate le ferrage ! Ok, il y a une intéressée et il y en a sûrement d'autres. Je sais maintenant, précisément, où il y a une tenue de poissons. Un lancer à 45° dans le bord du courant avec un très léger amendement vers l'amont devrait faire l'affaire... et voilà dames truites brunes se font leurrer par mon muddler l'une derrière l'autre. Chacun son tour quoi ! Je choisis de les laisser grandir, ainsi elles retournent toutes dans leur élément.





Une belle petite rivière urbaine à visiter autant à la mouche qu'au lancer léger quoique c'est plus accrochant avec cette dernière technique mais il y a toujours moyen de moyenner...

1 commentaire:

whitemuddler a dit...

Beau récit
Eric